Photographier, c'est l'infinie fraction qui s'offre au regard du monde

En voir plus
En voir plus
En voir plus
En voir plus
En voir plus
 

GALERIES PHOTO

 

DERRIÈRE L'APPAREIL

Ce jour où mon œil s'est transformé en viseur...

 

Je suis tombée dans la photo comme sous le premier rayon de soleil qui nous réchauffe après l'hiver. Des amis réunis autour d'une piscine un jour d'été. Un ciel très bleu, une piscine turquoise, des visages bronzés, des nus pieds, des robes décolletées, des yeux bleus, verts, marrons.....

 

Les détails me parlaient de couleurs, d'instants, de petits bouts de bonheur, de joie, d'émotions, de rires. Chaque mouvement remplissait un espace de grâce, d'affection, d'élan. Je me retrouvais dans des fragments de lieux, de personnes, d'objets. Ces fragments se conjuguaient, se mariaient et finissaient par me montrer un autre « tout ».

 

Je ne possédais à l'époque qu'un tout petit appareil photo que je glissais dans mon sac pour photographier mes enfants, pour immortaliser ces moments qui passent si vite. Si la photo était un moyen de me les rappeler, il était évident que je ressentais le besoin d'aller chercher dans cette journée ce qui la rendait particulière. Le maître de maison possédait un appareil photo, un bridge ce fut une aubaine ! Mon œil avait trouvé son outil, je pouvais commencer à entrer « dans cette infinie fraction qui s'offre au regard du monde ».

Je ne vis plus le monde de la même façon...

 

J'entamais alors le chemin de la technique photo, de la prise de vue, je me mis à fréquenter les boutiques photos, les photographes, les clubs photos, à apprendre un nouveau langage : mise au point, contraste, pixels, et autres mots savants.

 

Car plus je me familiarisais avec mon appareil, plus il m'accompagnait dans mes réalisations. Je voulais raconter des histoires à travers mes images. De les laisser parler et raconter ce que je voyais.

 

Puis vint le temps du partage, le temps d'aller au-delà du simple goût personnel. De laisser partir mes images vers l'autre afin de lui proposer de poser son propre regard. De s'aimer à travers ses portraits, de découvrir une nouvelle vision de la Danse, de partager des émotions et de s'entourer de photos de paysages si la seule vue possédée est le salon de la voisine de l'autre coté de la rue. Aujourd'hui, j'ai fait un pas vers vous, merci à tous ceux qui ont fait un pas vers moi et ma photo.

 

À tous les autres j'ai envie de vous dire « Pourquoi pas vous ? » 

 

m'jose

CONTACTEZ-MOI